Météo
New's
Nous cherchons des modérateurs, des animateurs et des rédacteurs pour le journal du forum. Si vous êtes interessés veuillez envoyer un MP de candidature à Cydae sur le compte "Troll".

Le forum à enfin ouvert ses portes, bienvenue à tous les nouveaux! Et pour les invités, dépêchez vous de vous inscrire pour bénéficier de la promotion 1inscription = 1otarie offerte! Faites en part à tous vos amis!

Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | .
 

 Keiji Aoki. L'ombre rôde ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keiji Aoki


Masculin Age du personnage : 18 ans.
Fiche de présentation : Keiji


Messages : 18
Date d'inscription : 01/06/2013


MessageSujet: Keiji Aoki. L'ombre rôde ~   Dim 2 Juin - 13:54

Keiji Aoki
"Tu ne peux fuir ton ombre"
Nom & Pénom : Keiji Aoki.
Âge : 18 ans.
Orientation sexuelle: Hétérosexuel mais avant tout Dendrophile.
Non je plaisante, évidemment ♫.
Plus sérieusement : Vorarephile ; Exobiophile ;
Dacryphile et Krismolagne ~
Groupe: White Petals.
Compteur: Actif depuis plus d'un an maintenant. Il possède l'équivalent de 2 jours à son compteur. C'est bien suffisant pour vivre n'est-ce pas ? Sauf si le destin s'en mêle... Dans ce cas il risquerait de trébucher dans sa course au temps. L'équilibre est instable de toute façon, là n'est-il pas le divertissement des Écrivains ?
Métier: Aucun hélas. Son attitude plus qu'étrange ne convient pas vraiment aux patrons. Alors ? Alors il erre comme un bon nombre de gens sans doute. Sa vie repose sur sa faculté à se jouer des gens. Tiens donc, en voilà un métier : "Psychopathe". Désirez-vous une formation ? Il est bien payé...
Arrivé il y a: Hum... Environ 2 ans si ses souvenirs sont valables.
Niveau social: Vagabond. Keiji se déplace d'une ville à l'autre (du moins celles auxquelles il a accès) dans le but de récupérer du temps. Sa condition de vie est donc incertaine mais reste bonne dans l'ensemble. Il vole généralement de quoi louer un appartement bas prix et se nourrir. Le strict minimum en somme.
Pouvoir:
Illusion :

Es-tu sûr de la nature de ta vision ?
Ce pouvoir permet de faire voir/ressentir des choses créées de toutes pièces. Il se base sur le même principe que l'échange de temps : La personne ayant le mental le plus fort l'emporte tandis que l'autre subit l'effet illusoire. Le degrés d'emprise dépend donc de la différence caractérielle. Plus la cible est fragile, plus l'illusion sera puissante.

Provenance du personnage : D'un endroit où les gens volent dans les airs et où les cieux sont une conquête. Les routes sont nombreuses et parsemées souvent d'épines... Seulement l'oiseau parviendra toujours à s'en échapper. Il en est ainsi : La tempête repousse les obstacles. (Ikki de Air Gear pour ceux qui ne connaitraient pas)



Votre pseudo: Keiji ♫
Parlez nous de vous: Je ne mord pas trop.
Comment avez-vous connu le forum? Par les "keupins" ♪
Quelque chose à nous dire? //
Est-ce un DC? Si oui de qui? Nop'.
Longueur des textes: Je m'adapte donc la longueur peut beaucoup varier. Disons que globalement c'est aussi long que... * haem *.
Créativité: Moyen je dirai, cela dépend encore trop du contexte etc...
Présence: Euh... 7 en tant normal.
Physique

Tu ne te souviens pas de son apparence... ? Cette silhouette fine et élancée teintée d'un noir opaque. Souviens toi cher enfant. Tu cours... elle marche. Tu chantes... elle danse. Tu dors... elle scintille dans l'ombre macabre de la pleine lune.

Il est tard. Le tintamarre envoie des bruits sourds à tes tympans. Ta tête tourne et tes yeux sont turgescents. Un inconnu t'aborde. Tu es saoule à cause de la foule. Ton regard persiste à scruter ce schéma que ton cerveau peine à différencier. Sans le savoir, tu pousses le vice jusqu'à le sillonner. Il est grand, ténébreux de sa chevelure noire. Voilà que son regard marron sur toi repose. Traits de visage rêche, rictus radiant... son air t'accroche. Pauvre âme pure, son pourtour hypothétique t'hypnotise. Il est pourtant normalement proportionné mais petit-à-petit se rapproche. Son corps cristallin est du même acabit que le crépitement de la clarté qui l'entoure. Sa bouche fine aboie. Ses bras battent le brouhaha de leur robustesse. Bien que peu baraqué, il arbore un gabarit plaisant. Cependant, il n'est détenteur d'aucun indice déterminant son identité. Mis à part peut-être une chaine chevauchant son poignet. Ainsi, la lueur de ses yeux t'entourloupe. Limpide, ta liberté semble reculer. Une léthargie lie l'espoir qu'il te restait. Secrètement il est fier mais ne le libère. Son visage se charge d'ailleurs de divulguer sa nature. C'est ainsi que l'expression de son cœur exothermique est souvent retranscris juste en le fixant.

La folie collective s'annihile et ta vision se rétablit. Tu constates ainsi sa tenue : son tee-shirt est surmonté d'une veste qui semble translucide. Son jean tamise quant à lui la lumière projetée par sa ceinture. Elle aveugle. Plus bas, des baskets cantonnent ses pieds. L'ambiance te conforte, elle conspire contre toi. La tête dans les nuages, tu rêvasses. Cet état opiniâtre te provoque des spasmes. Tu tentes de réagir, ton cerveau est affaibli. Il est malheureusement trop tard. La suite sonne comme une symphonie qui laisse abasourdi...

C'est bon ? Tu te la remémores désormais ? Par chance, elle n'est pas toujours identique. Sa folie joue des tours à son aspect psychotique. Triste sort n'est-ce pas ? Comble dirai-je même. Ses mouvements projetés contre le mur sont ceux d'un guignol.





Mental

Mange la folie mon enfant, c'est bon pour la santé. Ton cerveau ralentit et la démence prend le dessus. Tu subsistes à lutter mais elle se propage. Métastase. Tu flanches. Ta tête heurte le sol. Ton subconscient se charge du reste.

Les mouvements de cette ombre s'anime. Tu ne sais ta destination... sa matrice. Tu observes. Le coin est sombre et désert. Une noirceur béante emplit les lieux. Une douce mélodie s'accélère. Un requiem pour la folie. Tu crois sans doute que l'ombre est inconsciente ? Que nenni. Son ineptie est un masque. S'en cesse elle réfléchit, s'enchaine au loi du monde. Sa vision est décalée, elle déclame un monde enclavé. Son comportement est presque caricatural. Un pantin macabre. Elle se refuse à la folie. Lutte pour n'effrayer mais le gouffre la rappelle. Un état mental instable entre la froideur et la chaleur. Elle en devient drôle, on pourrait la dénigrer. En réalité elle délire. Double personnalité ? Loin de là. Juste un peu psychotique. Une personnalité perpétuelle donc mais prise par des troubles du comportement.

L'ombre vacille dans une valse virevoltante. Le requiem l'emmène. Des images mélodramatiques s'emmêle dans un pêle-mêle. Ta matière grise se mélange. Désormais des orbes circulent dans le désordre. Ses passions, ses envies et ses goûts. Musicalement, le timbre est rock. La diversité s'instaure pour le reste. Le raisin et son fruit préféré à titre d'idée. Rien d'extravagant. La silhouette trame dans l'ombre. Socialement ce n'est pas ça. La sociologie tend à l'écarter du système. Les gens s'enfuient. Peut-être est-ce l'expression de son visage ?

Quoi qu'il en soit, la démence te quitte. Tu ouvres les yeux, te relève et pars l'esprit pensif. L'ombre ne révélera donc pas tout sur elle. La rencontrer à nouveau sera sans doute le meilleur moyen. Prendras-tu le risque ?





Histoire



Pourquoi sommes-nous destinés à être suivi par une ombre ? Elle est attachée. Nous observe continuellement. Elle disparait en même temps que le soleil. Que nous veut-elle ?

Cours petit, cours. Tu ne distanceras jamais ton ombre. Depuis ta plus tendre enfance tu la fuis. Elle est machiavélique. Démoniaque. Elle conspire. Très tôt tes parents se sont mis à s'inquiéter. Ils t'offraient tout ce dont un enfant pouvait rêver mais tu ignorais. Tu préférais rester dans la noirceur. Ton ombre ne pouvait t'y suivre. Le soleil ? Ton pire ennemi. C'était lui le coupable ! Il engendrait l'arrivée de ton démon. La lune ? Un palliatif à ta peur. Elle masquait le courroux de moitié. Un tas de gens cherchaient à comprendre ta nature. Il restait devant un mystère. Après tout, seul toi pouvait comprendre. Comprendre la peur que de voir son ombre s'animer d'elle même. Tu ne bouges pas et pourtant elle danse. Folie. Tes yeux sortent de leur orbites. Démence. Tu te recroquevilles mais rien. Elle semble t'envelopper. Sa tête se pose sur ton épaule et te caresse lentement l'oreille. Tu frémis. Paranoïa. Qui est-elle ? Alors tu te redresses en sursaut, la pousse et envoies valser ta mère au passage. Elle saigne, ton père est furieux. Il s'approche. Brandis sa main et te caresse juste doucement la tête. Tu te sens coupable. Ta mère se relève en souriant. Utopie. Pourquoi n'es-tu pas heureux. Pourquoi ce vide en toi reste incomblé. Ton ombre t’obnubile. Elle t’effraie mais t'hypnotise. Tu te surprends à la chercher dans le noir.

Tes camarades jouent au foot. Tu dessines. Retranscris tes pensées d'ombres scéniques. Tu es au milieu et elle te tourne autour. Ta maitresse court chercher l'infirmière. Tu es en boule en regardant ta feuille. Crispé. Tu enfonces tes ongles dans ta peau. Ton sang se libère. Tu souffres mais tu es heureux... Pourquoi ? Ton ombre ne peut reproduire le sang qui coule sur ton visage. Atroce. Elle jubile de te voir dans cet état. Le monde s'affole autour de toi. Tu ne comprends pas. Tu restes dans cette position. Quelques temps après tu ouvres enfin les yeux. Tu es dans une salle d'hôpital. Tes parents sont à tes côtés. Te réconfortent. L'ombre ?! Elle n'est plus là pour le moment. Tu souris. Tes parents sont heureux. Ils pensent que tu vas mieux et que ton rictus est destiné à eux. Non, il est pour ton ombre. Tu la provoques. Tu sais comment la contrer maintenant. La noirceur est le sang. Tu t'emprisonnes dans un gouffre psychologique. Il en est ainsi, ton air innocent se transforme. Tu n'es plus craintif désormais. Elle veut la guerre ? Elle l'aura. Peu importe les moyens, tu la réduiras au silence.

Te voilà maintenant adolescent et mature. Tu déambules seule dans les rues. Tu fixes ton ombre au sol. Elle te dévisage. Tu accélères. Elle accélère. Une voiture aussi... Elle te heurte de plein fouet. Pour te narguer, ton ombre te suit en plein vol. Elle t'attire plus loin, toujours plus loin. Pour te venger, tu serres tes deux mains autour de ton cou. Tu perds conscience en chutant. Elle disparait de ton champs de vision. Lorsque tu te réveilles, tes parents sont méconnaissables. Ils ne sourient plus. Dépités par ton comportement de plus en plus anormal, il contact un psychiatre. Dès le lendemain, tu es dans son bureau. Qu'as-tu ? Tu lui expliques. Lui raconte le complot de ton ombre. Fou. Il envoie valser sa chaise en se levant. Démon. Ton regard est effroyable pendant ton récit. Ton corps s'hérisse. L'odeur de sang embaume la pièce. Tu as planté tes ongles dans tes jambes. L'homme s’affole. Il te donne un calmant qui te plonge dans les bras de Morphée.

En quelle année sommes-nous ? Deux ans sont facilement passés. Tu ne le sais pas. Ta réflexion est cloitré dans une camisole. Ton esprit est refréné par des calmants. Qui sont ces gens autour de toi ? Ils marchent bizarrement. Ils sont fous. Tu n'es pas fou. Tu refuses de le croire. C'est ton ombre la coupable !! Elle a encore triomphé. Comment faire pour te venger ? Tu dois échapper de son contrôle. Les ombres des murs de cette prison de folie si lient à la tienne. Tout est clair. Ils sont de mèches. Tu t'énerves. Les frappes de tes poings ensanglantés. Tu trésailles. La douleur te guide. Le sang te différencie de l'ombre. Seule la fatigue t'arrête après un moment. Tes poings sont dévastés. Tu dois trouve une solution. Tu finis par escalader les murs pendant la nuit. Tu t'évades. Ces pauvres fous de gardes sont en train de boire. Poltrons. La lueur de la lune fait apparaitre frénétiquement ton ombre. Elle te suit. S'échappe avec toi.

Tu erres désormais. Tu n'as plus de foyer. Décadence. Chacune de tes inspirations brûlent tes poumons. Tu te consumes, la noirceur dans le regard. Tu appartiens au monde des ombres désormais. La vie n'est plus d'aucune importance. Seule ton ombre te tiens en vie. Ton désir de contrôle de cette flamme est trop important. Tu ne peux baisser les bras. Alors ? Alors tu cherches un foyer. Les gens te fuient sur ton passage. Ta démarche est bizarre. Tes membres se déplacent dans l'espace. Hors de contrôle. Ton ombre rentre dans celles des autres alors que tu es si loin. C'est elle qui les repousse ! Tout à toujours était de sa faute ! La rage au ventre, tu cours jusqu'à ne plus le pouvoir. Tu ne regardes pas devant toi et heurte un mur. Tu tombes dans le COMA.

*********

État incertain. Ton ombre te parle. Psychose. Elle te protège. Tu la regardes. Elle te ressemble vraiment, tu n'avais jamais pris le temps de t'en apercevoir... Elle est toi après tout. Tu as passé toute ta vie à te fuir toi même. Tu t'en rends compte maintenant que c'est la fin. Triste, tu te lies avec elle. Tu ne fais plus qu'un. Elle est ta partenaire macabre désormais. Tu ne la laisseras plus s'échapper. Après tout, cette silhouette est la seule à rester à tes côtés. Ton cerveau s'embourbe. Ton corps se meurt. Ton esprit disparait tandis qu'une fleur perd peu à peu ses pétales. Commencement.

*********

Où suis-je ?... Le ciel est beau...


Est-ce donc l'enfer ? Il est bien plus beau que tu ne l'imaginais. Il n'y a pas de lave et de flammes embrasant des âmes folles. Seulement un ciel avec des créatures marines se baladant. Peu importe, tu te relèves et demande ta localisation. Personne ne le sait. Ton ombre se contente d'explorer aussi. Le temps passe d'ailleurs et tu finis par comprendre l'incompréhensible. Tu es "ailleurs". Peu importe la raison, tu y seras peut-être mieux ? Vis. Tu peux loger une chambre gratuitement. Tu séjournes à peu prêt normalement.

Seulement voilà, tu n'as pas été appelé pour rien. Tu dois jouer. Jouer le jeu de la vie. Cette même vie que tu as sous-estimé. Cours pour vivre comme tu as toujours couru. Si tu rampes, tu mourras. Un compte à rebours s'est dressé sur ton bras. Ta vie se résume en un chiffre. 1. Un long mois. Peut-être ne devrais-tu pas relancer cette durée. Si tu meurs, tu n'auras plus à contrôler ta folie. Non, tu es joueur. Tu souhaites prendre en main ton destin désormais. Tu te mets ainsi en chasse de temps. Tout est abstrait sauf la durée dans ce monde. Le temps n'est qu'une illusion en comparaison de celui affiché sur le compteur. Illusion ? Petit à petit tu te mets à la créer. Tu entourloupes. Tu plonges les gens dans des visions primitives. Tu y prends même goût... Ta folie est difficile à contrôler désormais.

Seul le temps saura te garder. Le silence est d'or. Tu guettes la lueur du jour et attend de passer à l'action.






Dernière édition par Keiji Aoki le Dim 2 Juin - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Troll
✖ The Oogie Boogie Fairy ♥

Masculin Age du personnage : 19 ans.


Messages : 114
Date d'inscription : 05/03/2013


MessageSujet: Re: Keiji Aoki. L'ombre rôde ~   Dim 2 Juin - 18:18

Hellow et bienvenue à nouveau! ^^ (En plus Ikki en vava <3)
J'espère que tu te plairas sur le forum! °^°

Sinon c'est une jolie fiche, la narration à la seconde personne rend bien l'atmosphère pesante, puis ton style d'écriture est beau ^^

Par contre retires moi donc cette vilaine faute! D: *sort le fouet* "Alors il aire comme un bon nombre de gens sans doute. " Il erre Razz C'est pas un espace *out* La faute est répétée à diverses reprises dans la fiche. Sinon la fiche ne comporte pas de fautes (en tous cas moins que j'en fais en une dizaine de lignes 8D /bus/) ya juste ces petites erreurs qui me dérangent vraiment *ramasse ses yeux qui fondent*

Sinon c'est tout bon, tu seras validé dès que la petite correction sera faite! (Oui j'ai toujours un truc à redire et alors? /pitbull/)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keiji Aoki


Masculin Age du personnage : 18 ans.
Fiche de présentation : Keiji


Messages : 18
Date d'inscription : 01/06/2013


MessageSujet: Re: Keiji Aoki. L'ombre rôde ~   Dim 2 Juin - 18:58

Oulah ~ Désolé pour cette vilaine faute d'inattention. Je suis tête en l'air il faut croire ♫ (Sans mauvais jeu de mot)
Je suis passé en CTRL + F donc normalement j'ai rectifié à tous les endroits.
Encore désolé pour tes yeux, je ne souhaitai pas les endommager si tôt... Ce genre de choses viendront avec le temps kufufu Twisted Evil *Calme ses pulsions*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Troll
✖ The Oogie Boogie Fairy ♥

Masculin Age du personnage : 19 ans.


Messages : 114
Date d'inscription : 05/03/2013


MessageSujet: Re: Keiji Aoki. L'ombre rôde ~   Dim 2 Juin - 21:06

C'est une proposition? Fais gaffe ça pourrait me plaire! x)

Bon bah parfait, tu es validé! o/ Bon jeu!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Keiji Aoki. L'ombre rôde ~   Aujourd'hui à 23:37

Revenir en haut Aller en bas
 

Keiji Aoki. L'ombre rôde ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» de l'ombre à la lumière...........
» ça me fout les glandes, casse toi tu pu, et marche à l'ombre
» Sous l'ombre des pommiers - Yves Jacob
» Brule ou Shroom ? Cherche une ombre a paupiere dans les tons champagne
» ma 1ere ombre à Paupière OR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond Fairy Tales :: Salle de réveil :: Archives des captifs :: Présentations validées-